L'hypnose ça s'adresse à qui ?

Et pourquoi faire une hypnothérapie ?

Je suis hypnopraticienne et hypnothérapeute sur Nîmes, Uzès et Pouls. Vous habitez dans le Gard, êtes curieux·ses ou dans le besoin d’une séance d’hypnose ?

D’accord, mais découvrez avant pour qui et pourquoi est adaptée ma pratique l’hypnothérapie.

Hypnose et douleur : découvrez l’hypnoanalgésie.

Aujourd’hui, la crédibilité scientifique de l’hypnose a permis de démystifier et de légitimer son utilisation dans les soins. L’imagerie cérébrale fonctionnelle et les neurosciences valident les mécanismes bénéfiques de l’hypnose dans la gestion et la modulation de la douleur.

La douleur, c’est quoi ?

« Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à une lésion tissulaire, existante ou potentielle, ou décrite dans des termes évoquant une telle lésion. » Association Internationale pour l’Étude de la Douleur.

L’hypnose pour gérer la douleur, c’est un des champs d’applications de l’hypnothérapie les plus employées par les professionnels de santé.

L’hypnoanalgésie est précisément la pratique de l’hypnose qui a pour but de modifier, soulager une douleur. Elle amène le patient à changer de sensorialité, à quitter une perception restreinte par la douleur afin d’entrer dans un autre type de perception. Cette phase dite d’ouverture permet les changements, les remaniements.

Hypnose et douleur : quelles applications ?

  • soins des plaies et sutures ;
  • biopsies, prises de sang, poses de péridurale ;
  • radiographies, anesthésies ;
  • soins en pédiatrie, en gériatrie ou en kinésithérapie ;
  • syndromes de la douleur chronique (lombalgie, fibromalgie, etc) ;
  • cancers (affecte l’intégralité du corps, de l’esprit et du rapport à la vie de la personne. Le parcours vers la rémission est jalonné de soins et de traitements répétés, difficiles, induisant souvent des douleurs aigues et chroniques. L’hypnoanalgésie aide à gérer ces différentes douleurs et à retrouver le sentiment et les moyens de contrôle) ;
  • troubles sexuels (dyspareunies, douleurs non sexuelles mais influents sur les rapports, douleurs pouvant être somatiques ou organiques).

Sans oublier que la douleur, de toute origine, agit comme un facteur aggravant de stress et d’anxiété, qui à leurs tours, peuvent potentialiser la douleur. Cela entraîne un cercle vicieux où la détresse émotionnelle continue de grimper. Parmi les champs de compétences de l’hypnothérapie ? Le traitement du stress et à l’anxiété.

Les techniques d’hypnoanalgésie viennent en complémentarité d’une prise en charge médicale

Hypnose autour de la naissance

La maternité est une grande période de transformations physiques et émotionnelles. Cette période commence dès que le désir d’enfant nait. Quant à la grossesse et à l’accouchement, ils sont le support de nombreuses représentations positives comme négatives en lien avec la personnalité et le vécu de chacun.

À l’aide de l’hypnose thérapeutique, la future maman regagne en autonomie, en confiance et accède à des ressources parfois totalement ignorées.  Notamment grâce à l’autohypnose. Les séances d’hypnose procurent quant à elle un confort tant pour la future maman que pour le futur papa, le bébé et l’équipe médicale.

L’hypnoanalgésie a, à nouveau, toute sa place dans le champ de la maternité dès lors que cette période, si singulière, vient réveiller certaines douleurs.

Mon approche d’hypnopraticienne ericksonienne se caractérise par l’utilisation des ressources et des apprentissages de la future maman. Couplée à l’acceptation inconditionnelle de tout ce qui entoure ses potentiels. Cela permet de modifier l’attitude mentale de ma patiente face à une situation donnée, favoriser sa relaxation mentale et physique, lui donner de nouvelles perspectives et la capacité à faire appel à ses ressources et ses apprentissages.

L’hypnothérapie permet ainsi d’accompagner la future maman, ou la femme désirant avoir un enfant, à gérer ses peurs et ses doutes concernant :

– la douleur des contractions et la césarienne ;

– l’accouchement dans son ensemble ;

– les examens gynécologique l’ensemble des gestes médicaux ;

– la péridurale, la césarienne ;

– les fausses couches, les accouchements prématurés ;

– la dépression post-partum ;

– les troubles de la fertilité ;

– les techniques de procréation médicalement assistée ;

– l’accueil et la connexion positive à l’enfant ;

– les nausées, vomissements et douleurs physiques ;

– l’auto analgésie ou celle demandée à son partenaire ;

– le stress, l’anxiété et l’irritabilité ;

Finalement, vous apprenez à accepter que le processus de naissance nous échappe et que la meilleure des choses à faire est d’accueillir l’inconnu et l’imprévu.

 

Hypnose, stress et anxiété

« Le stress est défini comme l’ensemble des moyens physiologiques et psychologiques mis en œuvre par une personne pour s’adapter à un événement donné » H. Selve.

Le stress a une fonction d’adaptation face à une situation nouvelle, il pousse à l’action. Il est donc utile voire nécessaire.  L’anxiété, quant à elle, est une émotion. Elle se traduit par un état psychologique et physiologique caractérisé par des composants somatiques, émotionnels, cognitifs et comportementaux.

Ce sont des réactions normales. Qui, dès lors qu’elles sont répétées ou déclenchées en l’absence réel de danger, deviennent pathologiques. Cela entraînant une cascade d’autres troubles comportementaux et/ou psychologiques.

Le stress, physiologique, et l’anxiété, émotionnelle, sont concomitants à d’autres émotions. L’hypnose amène également à appréhender l’ensemble des émotions comme des messagères.
La tristesse vient vous rappeler la perte et le manque de quelque chose. Elle aide à savoir ce que vous désirez ou vous sortir du déni qui rend la cicatrisation impossible.
La colère vous parle d’un besoin non satisfait. Elle vous parle de votre personnalité et vous permet de poser vos limites.
La peur est un signal d’alarme qui signale que vous devez éviter une situation ou prendre davantage de précautions pour y faire face en préservant votre intégrité physique et morale.
Le dégoût vous pousse à rester éloigner d’une chose qui va à l’encontre de vos besoins ou valeurs.
La surprise entraîne votre cerveau à être flexible. En faisant face à l’inattendu, il travaille sa flexibilité et sa capacité d’adaptation.
La joie, quant à elle, la plus agréable et puissante des émotions, signale que vous êtes aligné·e.

Là, l’hypnothérapie peut intervenir. Cette thérapie douce, au travers de la relaxation et des suggestions positives, atténue la palette des émotions négatives, le stress et l’anxiété qu’elles génèrent. À la surface, l’hypnothérapie amène la diminution des manifestations palpables de ces états de crise. En profondeur, elle accompagne le patient à démanteler les croyances, blocages et pensées responsables de ces états.

Hypnose et sommeil

Retrouver le sommeil, ces mots sonnent comme un rêve pour ceux qui souffrent d’insomnie. Pourtant, un sommeil perturbé entraîne une grande vulnérabilité aux situations, une baisse du système immunitaire et une sensation d’être « à fleur de peau ».

L’hypnose aide à combattre l’insomnie en réduisant l’agitation intérieure, en travaillant à interrompre le flux énergivore et excitant de la pensée. Le but est de parvenir à réduire le temps d’endormissement et d’augmenter la durée du sommeil réparateur. 

Il n’y qu’en identifiant les origines des troubles du sommeil que les séances d’hypnose seront correctement orientées. Une fois identifiées et lorsque la pensée réflexive s’éteint peu à peu, il devient possible de travailler sur ces causes. Le cerveau inconscient est guidé vers d’autres cheminement.

Je vais également vous proposer de prendre conscience de votre respiration et de travailler sur des exercices permettant d’utiliser l’auto-hypnose. L’hypnothérapie est là pour vous encourager à persévérer et devenir autonome.

Hypnose et tabac

Arrêter de fumer par hypnose ? Quand l’hypnothérapie intervient sur l’addiction.

La dépendance tabagique, comme les autres addictions, cache souvent des difficultés émotionnelles. Travailler à comprendre sa dépendance, apprendre à faire face au manque, lâcher les peurs. En somme, tout un programme ! Pouvant être facilité par l’hypnose et l’auto-hypnose.

La dépendance psychologique est l’étape la plus difficile à traverser. Toute personne glisse en permanence d’une habitude vers une autre, de manière consciente et inconsciente. Elle a donc la capacité de décider, consciemment et volontairement, de modifier un comportement devenu gênant et nocif.

Dans un premier temps, l’arrêt du tabac par l’hypnose consiste à identifier les bénéfices secondaires induits par le tabac.
Par exemple, si les avantages à changer sont plus forts que les bénéfices à répéter le comportement, il sera plus facile de se stimuler pour arriver à créer le changement souhaité. L’inconscient a enregistré au fil du temps tous les bénéfices tirés chaque jour, en allumant quasi machinalement la cigarette. Le déclic a rarement lieu à la première séance d’hypnothérapie, il faut un temps de mûrissement.

Hypnose et confiance en soi

Savez-vous qu’hypnose et confiance en soi vont également de pair ?

L’estime de soi se définit comme l’amour et le respect que l’on se porte à soi-même. L’idéal étant d’avoir une estime de soi moyenne et de s’aimer suffisamment. Tant que le discours interne négatif est présent, il est difficile de croire en ses capacités à être et à faire. Une confiance en soi trop faible est un frein à ses projets. À contrario, une confiance en soi trop forte met en danger par une sous-évaluation des risques.

L’hypnothérapie enclenche précisément un travail sur ces aspects-là : l’émergence, la connaissance, la reconduite de son potentiel et de ses capacités. Nous pouvons travailler sur les trois dimensions de la confiance en soi, en fonction du niveau le plus fragile de la pyramide : renforcer l’amour porté à soi-même, renforcer ses capacités ou trouver les ressources en nous.

Hypnose infantile

Avec les enfants, plus encore qu’avec les adultes, l’hypnothérapeute doit accepter de ne pas tout savoir, d’écouter et d’observer. La créativité et la patience sont indispensables. L’état hypnotique s’induit rarement de façon « formelle » chez l’enfant, elle revêt davantage des allures de jeux, d’histoires, de contes racontés ou co-construits.

« Les berceuses parlent une langue qui se passe de notes, (…) elles parlent la langue d’un pays sans frontières qui s’appelle le cœur des hommes. C’est pourquoi tous les bébés du monde les comprennent » F. Leboyer.

Néanmoins, l’hypnose chez l’enfant est particulièrement efficace (surtout entre 9 et 12 ans).

Souvent, deux à trois séances suffisent pour cesser un dysfonctionnement comportemental ou émotionnel. Il faut toutefois que l’enfant ait une réelle envie d’aller mieux. De plus, il est nécessaire qu’il puisse rester au calme pendant plus d’une heure. Les enfants hyperactifs ont donc besoin de séances moins longues mais plus fréquentes.

La résonance permet de faire émerger les symboles liés à la problématique de l’enfant. Surgit alors une fiction métaphorique liée au problème repéré. Ce conte, unique pour chaque enfant, lui est raconté pendant qu’il est en état amplifié de conscience afin que l’inconscient puisse capter les résolutions de conflit suggérées par l’histoire. Lors son hypnothérapie , l’enfant apprend également à pratiquer l’auto-hypnose. Ensuite, chez lui, il peut retourner facilement dans son monde intérieur pour réactiver ses capacités.

L’hypnose pour enfants est particulièrement efficace pour les cas suivants :

  • concentration ;
  • timidité ;
  • manque d’assurance ;
  • séparation des parents ;
  • traumatismes ;
  • peurs, phobies, stress ;
  • énurésies ;
  • cauchemars ;
  • agressivité et colère ;
  • douleurs (en particulier lombalgies chroniques, migraines, douleurs abdominales, maladie de Crohn, fibromyalgie, algodystrophie) y compris péri-opératoires ou lors d’examens médicaux ;
  • maladies psychosomatiques (dans ce dernier cas, il est demandé d’avoir effectué un bilan médical complet auparavant).

Prêt·e à franchir le pas ?

Rencontrons-nous pour une séance d'hypnose

Contactez-moi